Cadre permanent de concertation  entre les op et la recherche (CROP) : perspective paysanne

Cadre permanent de concertation entre les op et la recherche (CROP) : perspective paysanne

18-20 juin 2013. Freetown, Liberia. L’objectif général de cet atelier est le renforcement du cadre de concertation entre les organisations de producteurs et la recherche en vue de la réalisation des objectifs assignés a la recherche dans le cadre de l’ECOWAP.

Les objectifs spécifiques de l’atelier sont de :

  • améliorer le dialogue entre les OP et la recherche; 
  • Mettre en place un processus permettant un mécanisme de coopération entre la recherche et les OP.

L’atelier est organisé autour de trois axes :

  1. la compréhension commune du rôle assigné par les Communautés régionales a la recherche dans le cadre des politiques agricoles: (a) bien comprendre le rôle que les acteurs de la politique agricole ont assigné a la recherche et (b) comment ils tentent s’organiser pour le mettre en œuvre 
  2. les cadres de concertation au niveau régional et national : (a) le rôle du producteurs, (b) revisiter les types de cadre de concertation existants dans la région, (c) le type de concertation entre les CGIAR, les CGIAR et les NARS ainsi qu’entre les NARS, (d) recenser les cadres de concertations innovants.
  3. la proposition d’une feuille de route cadre de concertation entre les OP et la recherche: une proposition de feuille de route pour le renforcement de la coopération entre les OP et la recherche.

Interview: 
Khalilou Sylla, Secrétaire Exécutif du ROPPA donne ces commentaires sur le CADRE PERMANENT entre les OP et la Recherche. 18-20 JUIN 2013 à FREETOWN (interviewé lors de la Table Ronde organise par la Commission Européenne à Bruxelles : Global Alliance for Resilience Initiative (AGIR) – Sahel – West Africa.


Extait: (a part de 3 min 27″)
Cette réunion est très importante pour nous. C’est pour affirmer deux choses : La première chose est que nous n’avons pas de mécanisme clair qui nous permette de vraiment impliquer les producteurs dans le processus d’identification des priorités. La région de l’Afrique de l’Ouest et les structures qui impliquent les chercheurs ont cru qu’il suffisait d’impliquer les producteurs dans leurs conseils d’administration. Ce n’est pas cela qu’il faut.

Il faut un mécanisme qui permettent aux producteurs de dire : voilà mes besoins, que ces besoins peuvent être pris en charge et que le producteur puisse évaluer ce qu’on lui a donné ou que d’autres acteurs puissent évaluer où est l’efficacité de cette recherche ? Comme pour le secteur prive nous voulons dire au chercheurs : nous sommes dans un cadre ou nous devons travailler ensemble. L’idée de notre travail n’est pas compliquée.

Les choses clés qui nous intéressent sont de dire :

  1. voici les besoins des producteurs , 
  2. qu’est-ce que vous avez comme résultat de recherche pour pouvoir répondre à ces besoins, 
  3. pour les besoins pour lesquels vous n’avez pas de moyens ou résultats : c’est au producteurs d’aller chercher les ressources pour donner au chercheurs en demandant : faites cette recherche pour nous. 

Cela change tout. Ce mécanisme met le producteur au centre de la recherche. Ce n’est pas un producteur qui est dans un conseil d’administration et qui ne peut rien changer car il est au milieu de 50 chercheurs et on lui demande de les convaincre !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact us
If you are interested or have any questions, send us a message.
I am very interested
Send Message